Make your own free website on Tripod.com

La Guerre de Troie

Les années de guerre
Home
Les causes de la guerre de Troie
Les préparatifs
Les années de guerre
L'invasion grecque et la chute de Troie
Les Photos

Le débarquement

            Thetis, la mère d’Achille avait averti son fils que le premier homme à fouler le sol troyen serait aussi le premier Grec à mourir. Ainsi, une fois les bateaux grecs ancrés près des plages troyennes, un dénommé Protesilas se sacrifia pour la cause. Il eut le temps d’abattre bon nombre de soldats troyens avant d’être tué par Hector.

            Une fois que Protesilas fut tué, Achille bondit de son bateau pour atterrir sur la plage. Son saut fut d’une telle puissance qu’une source d’eau claire jaillit à l’endroit où se posa le pied du héros. Les compagnons d’Achille le suivirent, se ruant sur l’armée troyenne en hurlant. Impressionnés, les soldats troyens se replièrent à l’intérieur de la ville. Le siège de Troie commençait.

 

Le siège de Troie

            Le siège de Troie dura dix ans. Pendant les neuf premières années, les Grecs pillèrent la région, s’en prenant à tous les alliés des Troyens, même les plus éloignés.

            Diverses événements eurent lieu durant ces neufs années. D’abord, Achille tua Cycnos, un des fils de Poseidon. Il ne put en venir à bout qu’en le poussant à l’aide de son bouclier jusqu’à ce qu’il tombe et se tue dans sa chute. Il va sans dire qu’Achille s’attira la colère de Poseidon.

            Ensuite, lors d’une expédition dans la ville de Lyrnessos, Achille fit prisonnière Briseis, la fille de Brises. Achille devait éventuellement tomber amoureux de celle qu’il venait d’enlever. Agamemnon avait lui aussi fait une prisonnière, Chriseis, qui se trouvait à être la fille d’un prêtre d’Apollon nommé Chryses. Ce dernier était le frère de Brises.

 

Conflit interne : la mutinerie d’Achille

            Vers la fin du siège, les Troyens étaient affamés puisque privés de tout ravitaillement. Les Grecs, quant à eux, commençaient à perdre leur motivation. Éventuellement, une peste commença à se répandre. Le devin Calchas révéla que les prières de Chryses avaient fini par émouvoir Apollon.

            Pour résoudre le problème, Achille convoqua les chefs en assemblée et exiga qu’Agamemnon rende Chryses à son père. Agamemnon réclama alors à Achille que celui-ci lui remette Briseis, en guise de compensation. Comme ils ne veulaient pas contrarier Agamemnon, les chefs appuyèrent sa requête.

            Toutefois, il se trouvait qu’Achille n’était pas tenu de combattre. En effet, n’ayant pas été un prétendant d’Helene, il n’avait pas prêté serment d’appuyer Menelas. Ainsi, fâché contre Agamemnon, il se retira dans sa tente et refusa de combattre tant et aussi longtemps que Briseis ne lui était pas rendue. Le soir venu, il se rend au bord de la mer pour invoquer sa mère, Thetis et lui demander conseil. Celle-ci lui répond de continuer sa grève et de laisser les Troyens atteindre les bateaux des Grecs. De cette façon, ces derniers verraient à quel point Achille leur était indispensable. De plus, Thetis alla demander à Zeus de laisser gagner les Troyens tant qu’Achille ne prendrait pas part aux combats.

            Après plusieurs jours de défaites, les Grecs voyaient leur siège se désagréger et les armées troyennes s’approchaient de plus en plus des navires grecs. Agamemnon envoya une ambassade rencontrer Achille. Le roi l’implorait de reprendre le combat. Il lui promit les vingt plus belles prisonnières troyennes et une de ses filles en mariage, sans oublier Briseis. Achille, par principe, refusa.

 

Patrocle

            Devant le refus de son ami, Patrocle demanda à Achille de lui prêter ses armes légendaires pour aller aider ses compagnons en déroute. Achille accepta et promit à Patrocle de suivre son combat du pont de son navire. Quand les Troyens virent les armes d’Achille, ils furent d’abord effrayés. Cela permit à Patrocle de remporter un certain succès au combat. Toutefois, Hector mit fin à sa lancée d’un coup de lance. Il dépouilla ensuite Patrocle de son armure. Assistant à ce meurtre, Achille poussa un cri si fort que même sa mère, au loin, l’entendit. Celle-ci lui promit de nouvelles armes, mais Achille n’entendait plus rien. De rage, il fonça dans la foule, désarmé. Toute la colère que contenait sa voix fit fuir les Troyens qui se disputaient le corps de Patrocle.

 

L'influence divine – L'affrontement d’Hector

            Le jour suivant la mort de Patrocle, Agamemnon rencontra Achille pour lui rendre Briseis. Achille prend alors de nouvelles armes et part au combat sur son char. Alors qu'il fonçait vers l'armée ennemie, un de ses chevaux se retourna vers lui pour lui prédire sa fin prochaine. Achille ne l'écouta pas. Continuant sa progression à travers les rangs troyens, il met l'armée en déroute.

            Le seul à tenir tête à Achille fut Enee, motivé par l'influence d'Apollon qui désirait la mort d'Achille. Celui-ci défonça le bouclier d'Enee, qui, maintenant désarmé, saisit une grosse pierre pour se défendre. À ce moment, Poseidon, désirant aussi voir Achille périr, enveloppa les deux guerriers d'une nuée. Les deux hommes se perdirent dans le champ de bataille, ce qui sauva Enee.

            À plusieurs reprises, Achille et Hector tentèrent de se rapprocher, mais les dieux ne leur permettaient pas encore de s'affronter. Achille s'approchait de plus en plus des murailles de Troie et se permettait de traverser le fleuve Scamandre. Cela provoqua la colère du dieu-fleuve qui se gonfla et sortit de son lit pour arrêter le massacre qui polluait ses eaux de sang et de cadavres. Hephaïstos apparut pour sauver Achille et obliger le fleuve à reprendre son cours normal.

            Achille finira par approcher les murailles, coupant la retraite des Troyens. Cela lui permit de massacrer bon nombre de soldats, mais Apollon créa une nuée dans laquelle Achille se perdit. Lorsque la nuée se dissipa, les Troyens étaient retournés à l'intérieur des murailles. Il ne restait qu'Hector qui attendait Achille.

            Hector voyant Achille foncer sur lui tel une bête enragée, il prit peur et se mit à courir, Achille le poursuivit. De porte fermée en porte fermée, Hector fit trois fois le tour de la ville. Pendant ce temps, les dieux de l’Olympe pesaient le destin des deux hommes. Le destin d’Hector fut le plus lourd, alors Zeus ordonna à Apollon d’abandonner Hector à son sort. Athena inspira ensuite à Hector le désir de faire face à Achille. Il n’y eut guerre d’affrontement : d’un coup de lance, Achille transperça Hector.

            Agonisant, Hector implore Achille de rendre sa dépouille à son père, Priam. Achille, toujours aussi déchaîné, ne l’entendit pas. Il lia les pieds du mort à l’attache de son char et le traîna jusqu’au camp grec où se déroulaient les funérailles de Patrocle.

            Pendant douze jours, Achille défila devant les murailles troyennes, la dépouille d’Hector traînant derrière son char. Sa colère n’était toujours pas apaisée. Mais Thetis alla à sa rencontre et l’informa que les dieux étaient indignés par sa conduite. Ces paroles calmèrent Achille qui accepta même de rencontrer Priam qui réclamait le corps de son défunt fils. Achille consentit à lui remettre, moyennant une généreuse rançon.

 

Les Amazones

            Les grecs ne purent pas profiter de la trêve qu’aurait dû amener les funérailles d’Hector. En effet, les Amazones, menées par la reine Penthesilee et alliées à Troie, apparurent et arrosèrent les rangs grecs de leurs flèches, causant bon nombre de morts. Finalement, Penthesilee fut tuée par Achille et les Amazones se replièrent.

            Alors que Penthesilee s’effondrait, son casque s’ouvrit. Découvrant sa figure, Achille tomba amoureux de l’Amazone. Thersite, le Grec le plus laid et le plus lâche, se moqua d’Achille, amoureux d’une morte. Achille le tua de ses poings.

            Certains ajoutent que Thersite aurait ajouté le geste à l’insulte. En effet, il aurait arraché les yeux de Penthesilee avec sa lance et c’est cet acte qui aurait choqué Achille.

 

La mort d’Achille

            Tous s’accordent à dire qu’Achille est mort d’une flèche que Paris tira du haut des murailles de Troie. Certains ajoutent que cette flèche, pour atteindre le talon d’Achille, aurait été guidée par Apollon.

            Cependant, une version de la légende explique comment Paris aurait pu savoir qu’il devait, pour l’abattre, viser le talon du héros.

            On dit qu’Achille était tombé amoureux de Polyxene, une fille de Priam qu’il aurait rencontrée alors que ce dernier venait réclamer le corps d’Hector. Achille en était tant épris qu’il aurait promit à Priam de quitter le camps des Grecs pour aider la cause troyenne, et ce, en échange de la main de Polyxene. Bien entendu, Priam n’hésita pas à accepter un marché aussi tentant. Le roi alla jusqu’à proposer de faciliter les quelques rencontrer secrètes qui pourraient avoir lieu d’ici la signature d’un traité officiel entre Achille et Troie.

            Cependant, Polyxene éprouvait une grande haine envers le meurtrier de son frère Hector. Elle saisit l’occasion pour découvrir le point faible d’Achille. Un soir, sur l’oreiller, Achille parla de son talon à Polyxene. Cette dernière transmit ce qu’elle avait appris à son frère Paris et nous connaissons la suite de l’histoire.

            Une fois Achille abattu, les deux camps restèrent un moment stupéfaits. Suivit une bataille sauvage pour décider quel armée emporterait le cadavre du héros. C’est Ajax et Ulysse qui réussirent à rapporter le corps d’Achille.

            Le funérailles d’Achille furent monumentales. Thetis et les Muses s’y présentèrent pour chanter ses louanges. Athena recouvrit son corps d’ambroisie et Thetis finit par l’emporter pour le déposer dans un tombeau sur une île à l’embouchure du Danube.

 

La mort de Paris – l’intervention d’Heracles

            La mort d’Achille atteint le moral des Grecs. Certains allaient jusqu’à parler d’abandonner le combat. Mais Calchas annonça que l’arc et les flèches d’Heracles abattraient le moral des Troyens.

            À cette époque, Heracles était devenu portier des dieux. Il avait donc confié ses armes à Philoctete, un habitant de l’île de Lemnos. Ce dernier souffrait à cause d’une vieille blessure infectée depuis une dizaine d’années. Ulysse et Diomede, qui avaient été dépêchés par les Grecs pour récupérer les armes d’Heracles, n’eurent qu’à lui souhaiter un prompt rétablissement pour que Philoctete leur remette ce qu’ils étaient venus chercher. Toutefois, certains prétendent que qu’Ulysse avait l’intention de voler l’arc.

            Heracles avait suivi la guerre depuis l’Olympe et il désirait bien y participer, et de préférence en faveur des Grecs. Il conservait rancune envers Troie depuis que Laomedon l’avait trahit. Heracles avait d’ailleurs détruit Troie à ce moment là et l’idée qu’elle soit à nouveau rasée ne lui déplaisait pas. Il avertit donc Philoctete des intentions d’Ulysse, mais il lui promit, s’il se joignait aux Grecs, qu’il guérirait. De plus, il tuerait Paris, participerait à la destruction de Troie et rentrerait chez lui sain et sauf, chargé de richesses.

            Devant tant de promesses, Philoctete joignit la cause des Grecs. Une fois arrivé à Troie, il guérit et fut capable de provoquer Paris en duel (à l’arc, bien entendu). L’arc d’Heracles fut tout à fait à la hauteur. Avant même que Paris ait le temps d’encocher une flèche, Philoctete lui perçait la main. Paris échappa son arc pour ensuite mourir d’une flèche dans l’oeil. Philoctete lui porta ensuite un coup de grâche dans la cheville, question de venger symboliquement la mort d’Achille.

            Certains ajoutent qu’une fois blessé mortellement, Paris aurait rampé à l’intérieur de la ville. On le transporta jusqu’au mont Ida où la nymphe Oenone résidait. Il s’agissait d’une ancienne maîtresse de Paris qui possédait quelques pouvoirs de guérison. Toutefois, celle-ci détestait Helene et en voulait encore à Paris de l’avoir abandonnée. Elle refusa donc d’aider Paris. Ce dernier fut reconduit à Troie pour qu’il meure dans sa ville. Oenone, prise de remords, courut rejoindre Paris, chargée de médicaments, mais elle arriva trop tard. Voyant le cadavre de Paris, elle se jeta en bas des murailles de Troie.

 

Helene

            Helene était maintenant veuve. Avec la mort de Paris, le charme que lui avait versé Aphrodite perdait de son effet. Après les funérailles de Paris, ses deux frères, Helenos et Deiphobos, demandèrent tous deux sa main. Helene, qui avait perdu le goût des amourettes, les refusa tous les deux. Certains vont jusqu’à dire qu’elle aurait senti le vent de la guerre tourner et qu’elle avait constaté qu’il était temps pour elle de se rappeler qu’elle avait un mari et un royaume qui l’attendait à Sparte. Toujours est-il qu’un garde la surprit un soir à nouer une corde à sa fenêtre. Quand Priam apprit qu’Helene tentait de fuir, il la maria sur le champ à son fils préféré, Deiphobos. Helenos se retira alors du combat pour se retirer sur le mont Ida.

8.jpg